• +41 26 652 10 88
  • instiut.turquoise@gmail.com

L’ORIGINE DES NOMS

L’ORIGINE DES NOMS


Tout en faisant référence à la destination du produit, nous avons voulu donner des noms qui évoquent la faune et la flore, dont les espèces sont menacées ou en voie d’extinction, ainsi que les phénomènes qui touchent notre biodiversité.

LEOPIA

Evoque « Les Eaux Profondes Indispensables aux Animaux…. et à l’Humanité », ainsi que le Léopard des neiges…

Aujourd’hui les espèces animales et notamment l’Homme sont en manque d’eau buvable… dont la réserve principale repose sur les eaux souterraines profondes de la Terre appelées nappes phréatiques, qui proviennent principalement de la fonte des neiges.

Cette eau ne représente que 1.5% du total des eaux sur notre planète et diminue fortement compte tenu des besoins artificiels de l’homme, mais en plus, l’être humain la pollue avec toutes ses activités (gaz de schiste pour obtenir du pétrole,…) et en parallèle les rivières et les lacs disparaissent.

L’once est aussi appelé le Léopard des neiges. On le rencontre dans les vallées isolées des montagnes d’Asie et de Sibérie centrale, où il monte jusqu’à 5’500 m. On l’appelle le « fantôme des montagnes ». Il possède un pelage très long et épais (jusqu’à 12 cm sur le ventre). Ses couleurs vont du gris pâle au gris crème lui permettant de se fondre dans le paysage. Il a de grosses pattes aux coussinets couverts de poils pour se protéger du froid et des oreilles courtes et arrondies. Son poids se situe à 45 kg. Son corps mesure 1.30. Sa queue mesure au moins 75% de la longueur de son corps (90 cm) et l’aide à garder l’équilibre sur des corniches dangereuses.

Il fait partie des dix espèces les plus menacées, mais il est encore chassé pour sa fourrure… Il ne resterait plus que 4000 individus survivants à l’état sauvage.

KOALIA

Le « KOALIA » cendré est un marsupial arboricole endémique de l’Australie. Il se nourrit exclusivement de feuilles d’eucalyptus, ce qui implique un risque de disparition de l’espèce suite à une déforestation de son habitat, liée au développement urbain, ainsi qu’aux sécheresses et feux de forêts gigantesques.

 

 

 

NOURSEA

L’ « OURS » blanc est, avec l’ours kodiak, le plus grand carnivore terrestre vivant. Deux fois plus grand (2.6 m) qu’un Tigre, il pèse deux fois plus lourd (600kg) qu’un Lion. Cependant, son poids est en baisse en moyenne de plus de 30% depuis 1970 (étude : national géographique society). La destruction de son habitat naturel : la banquise, réduit son espace vital et les plaques de glace nécessaires pour chasser sa nourriture principale : le phoque. De plus, les matières toxiques déversées dans la mer sont consommées par le phytoplancton, puis le zooplancton qui sont à leur tour absorbés par les poissons, mangés eux même par les phoques…l’Ours se situe à la fin de la chaîne alimentaire et subit donc cette pollution.

LOUPIA

Le « LOUP » provient de l’espèce des Tomarctus (15 millions d’années). C’est un animal craintif qui vit en meute avec une structure sociale. Chassé par l’homme jusqu’à son éradication dans la majeure partie de l’occident, il resterait aujourd’hui seulement  270 loups rouges (Canis Rufus) en Amérique du Nord.

 

PANDIANE

On a longtemps cru que le « PANDA » appartenait à la famille des ratons laveurs. Aujourd’hui, les scientifiques s’accordent à dire que c’est un ours. Le Panda mesure 1,40 m., pèse entre 75 et 160 kg et a une espérance de vie de 30 ans. C’est un omnivore : il se nourrit essentiellement de feuilles et de bambous. Il  possède un sixième doigt sur les pattes de devant qui lui permet de saisir les pousses de bambous comme s’il avait une main. Il a 40 puissantes dents qui lui permettent de mastiquer le bambou et a les pupilles fendues comme un chat. Ses larges molaires lui permettent de broyer les pousses de bambous. Les cinq orteils du Panda géant portent chacun une griffe acérée et courbée qui lui permet de grimper aux arbres.

Il resterait 800 Pandas à l’état sauvage et une centaine dans les parcs zoologiques.

LYNXIA

L’ancêtre des félins, serait le Proailurus (un petit carnassier européen et arboricole apparut il y a 40 millions d’années) puis Pseudaelurus qui vivait il y a 9 à 20 millions d’années en Europe et en Asie. Apparut ensuite un carnivore aux dents en forme de sabre le smilodon, l’ancêtre des félidés modernes et dont les félins actuels ont divergé il y a 10,8 millions d’années.]

Il y a neuf millions d’années, les félins d’Asie se répandirent en Afrique et en Amérique à la faveur d’une baisse du niveau des océans et les félidés se sont divisés en deux familles distinctes : les félinés (les petits félins) et les panthérinés (grands félins). Ces deux familles apparurent en Asie et ensuite se disséminèrent partout dans le monde sauf en Australie et à Madagascar. Vivaient donc alors en Europe des Panthères et des Lions, différents des espèces modernes, un Guépard géant et un petit félin le « LYNX » ancêtre du Lynx Boréal.

Son nom : Lynx  lui vient d’un héros grec : Lyncée, pilote des argonautes partis à la recherche de la toison d’or et doté selon la légende d’une vue perçante. Quant à la profondeur de son regard, elle semble due aux bandes noires et blanches qui cerclent ses yeux.

Le Lynx ibérique, ou Lynx Pardelle, est en voie d’extinction. L’Homme l’a longuement chassé et il réduit son habitat naturel par ses multiples constructions et autoroutes. Alors que plusieurs milliers de ces animaux étaient présents il y a moins d’un siècle, il ne reste plus que 150 à 200 individus dans 2 massifs montagneux au sud-est de l’Espagne.

ELEFIA

Tout le monde connaît l’« Eléphant » Africain de la savane. Après avoir été longtemps chassé pour son ivoire le « Loxodonta Africana » a été ajouté à la liste des espèces menacées d’extinction. Aujourd’hui, après 20 ans d’efforts l’espèce se repeuple dans quelques pays qui ont pris des mesures pour sa protection.

Cependant, d’autres espèces sont particulièrement menacées car moins connues en raison des obstacles écologiques et politiques, également plus difficile à étudier et à protéger. L’éléphant Africain des forêts, le «Loxondonta Cyclotis », avec des oreilles circulaires plus petites est présent en Afrique centrale et de l’ouest, est particulièrement menacé car sans programme de protection.

De la même façon, l’éléphant d’Asie « Elephas Maximus » vit principalement en Inde, au Sri Lanka et dans quelques pays d’Asie du Sud Est. La relation unique entre l’Homme et l’Eléphant en Asie remonte à 5000 ans, lorsque les Eléphants commencèrent à être capturés et dressés pour être utilisés dans des cérémonies, des guerres, la chasse et comme animal de trait ou de somme.

Les textes Hindous anciens font référence à l’Eléphant et Ganesha : « le dieu de la sagesse, de l’intelligence et de l’éducation » est vénéré dans toute l’Inde. L’Eléphant blanc est réputé magique et les bouddhistes de toute l’Asie le considèrent comme une réincarnation de Bouddha.

A la différence de l’Eléphant d’Afrique, dont le déclin est dû au braconnage pour l’ivoire, l’Eléphant d’Asie subit des menaces multiples liées au fait de sa présence dans les régions les plus peuplées du monde. C’est un herbivore qui a besoin de 100 à 200 kg de nourriture par jour qu’il trouve dans la forêt. La population humaine exerce des défrichages sauvages pour l’exploitation du bois et l’extension de l’agriculture, réduisant ainsi son habitat de façon drastique.

70% des Eléphants d’Asie ont disparu en 3 générations et on estime qu’il n’existe plus que 40 000 Eléphants, dont seulement 25 000 à l’état sauvage et uniquement 300 en Chine.

KAMELON

Les 85 espèces de « CAMELEON » vivent principalement en Afrique et les 2/3 à Madagascar. Le Caméléon de Jacson avec ses cornes vit à 3000 mètres d’altitude et change de peau 3 fois par an. Le Caméléon Commun est la seule espèce vivant encore en Europe du sud. Le Caméléon Panthère change de couleur très rapidement. Le Caméléon de Parson a la faculté de bouger ses deux yeux indépendamment l’un de l’autre, on dit qu’  « il regarde à la fois le passé et l’avenir… ». Ce pourrait être une vue d’ensemble que l’être humain devrait avoir sur sa planète : « protéger l’héritage du passé, qui nous offre aujourd’hui cette merveilleuse biodiversité, pour pouvoir vivre notre avenir avec toutes les espèces présentes sur notre Terre… ».

DOLFINE

« DAUPHIN » ou dolphin en anglais et « fine » pour la merveilleuse silhouette du Dauphin !…

Nous connaissons tous le Dauphin qui, même s’il n’est pas menacé d’extinction pour certaines espèces, est constamment chassé par l’Homme dans certaines régions de notre planète.

Cependant, une espèce de Dauphin vient de disparaître dans la plus totale indifférence : le Baïji ou Dauphin de Chine (Lipotes Vexillifer) du fleuve Yangtze. L’extinction est due à l’excès de pêche, à la pollution et aux interventions de l’Homme sur son habitat naturel (barrages…)

Devrons-nous également apprendre la disparition d’autres espèces comme le Dauphin Plataniste (Platanista Minor) ou avons-nous encore l’espoir de sauver le Dauphin de l’Irrawaddy (Orcaella Brevioritis) dans le fleuve du Mékong en Thaïlande et au Cambodge ?

TONIARA

Dans l’eau comme dans les airs, la disparition s’accentue. Le « ARA » à gorge bleue (Ara graucogularis) est en danger d’extinction comme la majorité des perroquets Aras. La menace vient du trafic illégal des oisillons et des Aras adultes pour le commerce des volières. Le braconnage a réduit le nombre d’oiseaux à l’état sauvage de 100.000 à 2.000 individus en quelques décennies… et le  Ara bleu ou Ara Glauque est maintenant estimé à  50 individus dans le monde !

Par conséquent, si les personnes n’achetaient plus les oiseaux d’ornement pour leur bon plaisir, le braconnage n’existerait plus et les Aras pourraient retrouver leur quiétude et un véritable avenir…